Passion Napoléon1 Index du Forum
 
 
 
Passion Napoléon1 Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Henri IV, le roi au panache blanc
Aller à la page: <  1, 2, 3
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Passion Napoléon1 Index du Forum -> Autres Sujets en Rapport avec Napoléon Bonaparte -> Histoires de France
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Pauline Bonaparte
Lady
Lady

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2010
Messages: 198

MessagePosté le: Sam 5 Fév - 13:33 (2011)    Sujet du message: Henri IV, le roi au panache blanc Répondre en citant

Drouet Cyril a écrit:
Je reviens à Napoléon. Petit réflexion tenue devant Bertrand (Cahiers de Sainte-Hélène) :
"Je [...] demandai [à Marie-Louise] le soir de son arrivée (à Compiègne) si elle se croyait mariée et ce qu'on lui avait dit à Vienne.
Elle répondit : -de faire ce vous voudrez.
-En ce cas, je reste ici, dis-je."
Et je consommai le mariage comme avait fait Henri IV."



Pour Henri IV, je le rappelle, ce fut un peu plus rapide...pas de grands et longs discours, il entre à grands bruits dans la chambre de sa 2è épouse (Marie), met à la porte la future Madame Concini qui s'est mise à hurler (d'ailleurs), et sans plus de commentaires, se jette sur sa femme  - voilà une épouse et une reine... 

Désolée, Maréchal...mais les guerres et autres , je vous les laisse et préfère prendre le reste d'Henri Mr. Green


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 5 Fév - 13:33 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Maréchal Lannes
Tiguidoo
Tiguidoo

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juil 2010
Messages: 310
Localisation: Seine-et-Marne
Masculin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat

MessagePosté le: Sam 5 Fév - 16:06 (2011)    Sujet du message: Henri IV, le roi au panache blanc Répondre en citant

Ce n'est pas grave, Pauline, toutes les lectures sont dans la nature, je préfère juste cibler extrêmement les miennes. Et être seul plutôt que mal accompagné en histoire, notamment...

On peut d'ores et déjà souligner le contraste entre les intérêts familiaux représentés par le père et la mère d'Henri. D'un côté, les Bourbons, branche parallèle aux Valois, et de l'autre une puissance pyrénéenne quasiment indépendante, de rudes tempéraments de montagnards, mais aussi, une tendresse et une source de vie saine. Henri d'Albret efface Antoine, jusqu'à sa mort en 1555. Le contraste entre les intérêts béarnais et navarrais, que va reprendre Jeanne à la mort de son père, et ceux Bourbons, va s'exacerber. Henri IV va d'abord être Henri III de Bearn et d'Albret avant que l'héritage Bourbon ne l'oblige à intervenir dans les affaires du roi de France. Henri d'Albret donnant de l'aïl à son petiot de petit-fils, l'image est devenue légendaire, même encore sous les enfances de Louis XIV et du précepteur Hardouin de Péréfixe. Le petit Henri passe son enfance parmi les Béarnais, devient certes régent à la mort de son grand-père, développe un contact facile avec ses compatriotes, qui le surnomment "lou nouste Henric" en Béarnais. Laissons François Bayrou évoquer la prime enfance d'Henri :

"A la fin des années 1550, les bébés sont ligotés, pour leur bien. Cela durera d'ailleurs au moins deux siècles, et dans la campagne pyrénéenne jusqu'au XIXe siècle. Il faudra attendre Rousseau et son Emile pour que l'on commence à théoriser sur les bienfaits des corps en liberté. Jusque-là, on professe que, pour que les corps soient droits, il convient de les former au moule des bandelettes étroitement serrées, les jambes liées l'une à l'autre et les bras immobilisés le long du buste. Aucun mouvement n'est permis durant la première année, et pour plus de sécurité le bébé est attaché au berceau. Cette momie n'est pas facile à constituer, ce qui fait que l'enfant n'est quasiment pas changé : une fois par jour, en général. Ne professe-t-on pas que la crasse protège, que l'urine est bienfaisante ? L'on interdit ainsi de nettoyer le crâne de l'enfant des croûtes qui s'y forment, car la fontanelle pourrait s'en trouver menacée, de même que pour fortifier les ongles, on évite de les couper avant dix-huit mois ou deux ans. Si le bébé attrape des poux, on prend bien soin, à l'épouillage, d'en épargner quelques-uns, puisqu'ils "mangent le mauvais sang".

Dans le cas des fils de famille noble, il convient d'ajouter aux risques d'une si épouvantable hygiène les nécessités de l'allaitement par nourrice, la mère n'imaginant pas de s'acquitter elle-même de ce rôle. Le cas d'Henri est extraordinaire : une maladie contagieuse s'étant déclenchée au cours de cet hiver, il ne fallut, en effet, pas moins de huit nourrices successives (nous connaissons les noms de sept d'entre elles), la dernière étant la femme d'un laboureur de Billière, un faubourg de Pau, Jeanne Lafourcade, épouse de Jean de Lassansaa, dont la maison existe encore aujourd'hui.

S'il a survécu à ces épreuves, le bébé est libéré, autour de l'âge de dix-huit mois, et revêtu d'une robe, parfois soutenue (pas trop de liberté !) par un corset de baleines. Un cadre à bois permet à l'enfant, comme un youpala d'aujourd'hui, de se familiariser avec la station debout et les premiers mouvements des bras et des jambes, jusque-là strictement interdits."
(François Bayrou, Henri IV, le roi libre, pages 37-38) 
_________________
"Un amiral doit savoir mourir sur son banc de quart." (Brueys à Aboukir)


Revenir en haut
scots greys
King
King

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2010
Messages: 537
Masculin
C.1èr et 2ième Empire: 2ième

MessagePosté le: Dim 13 Fév - 11:54 (2011)    Sujet du message: Henri IV, le roi au panache blanc Répondre en citant

Pauline Bonaparte a écrit:
Drouet Cyril a écrit:



Pour Henri IV, je le rappelle, ce fut un peu plus rapide...pas de grands et longs discours, il entre à grands bruits dans la chambre de sa 2è épouse (Marie), met à la porte la future Madame Concini qui s'est mise à hurler (d'ailleurs), et sans plus de commentaires, se jette sur sa femme  - voilà une épouse et une reine... 



j'ai une autre version de la 1ere nuit d'Henri et de Marie :

"...Au palais de l'archevêché de Lyon où Marie est logée, c'est le tendre émoi, accru par une confidence du secrétaire du roi, Loménie de Brienne, qui a deviné que son maître serait en avance de vingt-quatre heures, mais incognito. Le 9 au soir, la reine commence son souper à huit heures, seule comme le veut le protocole. Les hommes d'âge du cortège sont allés se coucher, le chancelier de Bellièvre et l'ambassadeur toscan Belisario Vinta. L'arrivée soudaine dans la salle où elle soupe de La Varenne, l'homme à tout faire, ne laisse plus de doute sur la venue du roi. La reine, qui a rougit violemment, perd tout appétit et se lève de table. Il faut pour gagner sa chambre, emprunter une galerie de circulation. C'est là que s'est glissé le roi, encore botté, caché derrière les épaules des assistants. Bouillant de curiosité, il peut la considérer à loisir, admirer son port de taille, sa démarche naturellement majestueuse. L'impression est bonne, les portraits n'avaient pas menti, elle est même mieux, et cet embonpoint dont on a parlé n'est pas si terrible. L'examen achevé, il se présente à la porte de la chambre qui vient de se refermer et y fait heurter fortement par Bellegarde. La reine a compris, elle s'avance à la porte et se prosterne, le roi la relève et l'embrasse sur la bouche, à la française. Elle le voit enfin tel qu'il est, de taille médiocre, la barbe blanche, le nez très brusqué, les yeux pétillants. Il a les cheveux en broussaille et sa tenue est fort négligée.
Quelques saluts aux dames, et un court dialogue de sourds s'échange entre les époux au coin de la cheminée. Marie ne sait encore que quelques mots de français. On en vient vite à la question essentielle, posée par le truchement de la duchesse de Nemours, toujours dévouée à sa Majesté. Le roi, est venu à la hâte, ses meubles ne l'ont pas suivi, il demande pour cette nui l'hospitalité dans le lit de la reine. Cette nuit? Avant que le légat n'ait donné la bénédiction nuptiale? Henri répond que l'union bénie à Florence a toute sa valeur. Après un léger souper auquel elle a été conviée, Maris accueille alors l'époux si pressé.
Les indiscrétions du lendemain comblent d'aise français et italiens. Venu aux nouvelles de bonne heure, le chevalier Vinta recueille les contentements des époux et les mande aussitôt au grand duc qui a donné à sa nièce pour première consigne de faire des enfants. <<Le cose erano passate finalmente benissimo>>. Le roi n'est pas avide de confidences. <<il dit, écrit un monsignor de la suite du légat, que sa femme et lui étaient restés tous deux attrapés, lui de l'avoir trouvée plus belle et gracieuse qu'il ne se l'était persuadé, et elle, lui semblait-il, de l'avoir trouvé plus jeune qu'elle ne le pensait, et qu'elle pouvait le croire d'aprés sa barde blanche.>> Son aumônier Hurault de Chverny apprit encore de la bouche du roi qu'il avait trouvé chez la reine des <<beautés rares et excellentes>>.

Sources : "Henri IV" de Jean-Pierre Babelon.
_________________
<<Je ne dis pas que les français ne pourront pas nous envahir, je dis seulement qu'ils ne pourront pas le faire par la mer>>.


Revenir en haut
Jean-Yves
chevalier
chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2010
Messages: 789
Localisation: Evreux
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat

MessagePosté le: Dim 13 Fév - 18:30 (2011)    Sujet du message: Henri IV, le roi au panache blanc Répondre en citant

Il me semble que si Ravaillac tua Henri IV, c'est parce qu'il en avait marre de manger d la poule au pot tous les dimanches . C'est bien celà ?

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Drouet Cyril
chevalier
chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2010
Messages: 1 207

MessagePosté le: Dim 13 Fév - 19:05 (2011)    Sujet du message: Henri IV, le roi au panache blanc Répondre en citant

Gourgaud (Journal de Sainte-Hélène) :

"Henri IV était un bon militaire, mais à cette époque la guerre ne demandait que du courage et du bon sens : c'était bien différent de la guerre avec de grandes masses. Il faut rendre justice aux rois de France, ils ont toujours été braves"
_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Revenir en haut
Pauline Bonaparte
Lady
Lady

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2010
Messages: 198

MessagePosté le: Mar 15 Fév - 20:53 (2011)    Sujet du message: Henri IV, le roi au panache blanc Répondre en citant

Bonjour à tous

Scots greys : vous avez raison, j'avais également lu quelque chose de ce genre. Mais tout dépend des écrivains...et puis, j'ai un peu raccourci, j'avoue

Quant à Jean-Yves et Ravaillac : c'est encore plus du raccourci ! j'espère tout de même que vous plaisantez


Revenir en haut
Jean-Yves
chevalier
chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 20 Aoû 2010
Messages: 789
Localisation: Evreux
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 鼠 Rat

MessagePosté le: Mar 15 Fév - 21:14 (2011)    Sujet du message: Henri IV, le roi au panache blanc Répondre en citant

Bien sur que je plaisantais. Vous n'aviez pas vu mon smiley dans mon post ? Il veut tout dire.

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Pauline Bonaparte
Lady
Lady

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2010
Messages: 198

MessagePosté le: Mar 15 Fév - 21:18 (2011)    Sujet du message: Henri IV, le roi au panache blanc Répondre en citant

si j'avais vu le smiley...mais sur le moment, à la lecture rapide, ça paraissait tellement énorme ! Mr. Green

Revenir en haut
Maréchal Lannes
Tiguidoo
Tiguidoo

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juil 2010
Messages: 310
Localisation: Seine-et-Marne
Masculin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat

MessagePosté le: Mar 15 Fév - 22:53 (2011)    Sujet du message: Henri IV, le roi au panache blanc Répondre en citant

Il faudra sue je raconte comment, au siège de Rouen en 1562, Antoine reçut un coup d'arquebuse tiré depuis les remparts de la ville, alors qu'il était parti se délester la vessie... Évidemment, la plume sarcastique de Voltaire commenta :
Ami français, le prince ici gisant
Vécut sans gloire et mourut en pissant. rire

L'extraordinaire diagnostic du fameux Ambroise Paré finit par avoir raison contre les avis de ses collègues : le célèbre médecin nota :
"On ne put trouver la balle ; je la cherchais bien exactement ; j'aperçus par conjecture qu'elle était entrée dans la tête de l'os du haut du bras et qu'elle avait coulé dans la cavité dudit os, qui faisait qu'on ne pouvait pas la trouver. La plus grande part la disait être entrée et perdue dans le corps. Monsieur de La Roche-sur-Yon, qui aimait intimement monsieur le roi de Navarre, me tira à part et m'enquit si le coup était mortel : je lui dit que oui, parce que toutes les plaies faites aux grandes jointures, et principalement les plaies contuses, étaient mortelles, selon les auteurs qui en ont écrit. Il s'enquit des autres (chirurgiens) ce qui leur semblait, et principalement dudit Gilbert : qui lui dit avoir une grande espérance que le roi, son maître, guérirait, et fut le dit prince bien joyeux.

Le roi et la reine mère et monsieur le cardinal de Bourbon, son frère, et monsieur le prince de La Roche-sur-Yon et monsieur de Guise, et autres grands personnages, après que nous eûmes pansé le roi de Navarre, voulurent faire une consultation en leurs présences, où il y avait plusieurs médecins et chirurgiens. Chacun en dit ce qu'il lui semblait, et il n'y eut pas un d'iceux qui n'eussent bonne espérance, disaient-ils, que le roi guérirait ; et moi je persistais toujours au contraire. Monseigneur de La Roche-sur-Yon, qui m'aimait, me retira à part, et me dit que j'étais seul contre l'opinion de tous les autres, et me priait de n'être opiniâtre contre tant de gens de bien. Je lui répondais que lorsque je connaîtrai bons signes de guérison, je changerai mon avis."
(Ferron, La blessure et la mort d'Antoine de Bourbon, Revue des sciences, lettres et arts de Pau, texte repris dans François Bayrou, Henri IV, le roi libre, pages 59-60)

 
_________________
"Un amiral doit savoir mourir sur son banc de quart." (Brueys à Aboukir)


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:29 (2017)    Sujet du message: Henri IV, le roi au panache blanc

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Passion Napoléon1 Index du Forum -> Autres Sujets en Rapport avec Napoléon Bonaparte -> Histoires de France Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3
Page 3 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com