Passion Napoléon1 Index du Forum
 
 
 
Passion Napoléon1 Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Anecdotes Napoléoniennes
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Passion Napoléon1 Index du Forum -> Chez Marie -> Le Journal du jour de Napoléon -> Rubrique Napoléon
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Pauline Bonaparte
Lady
Lady

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2010
Messages: 198

MessagePosté le: Dim 30 Jan - 20:13 (2011)    Sujet du message: Anecdotes Napoléoniennes Répondre en citant

avec ça...on est bien avancé !

enfin ! (soupir)


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 30 Jan - 20:13 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Drouet Cyril
chevalier
chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2010
Messages: 1 207

MessagePosté le: Dim 30 Jan - 21:29 (2011)    Sujet du message: Anecdotes Napoléoniennes Répondre en citant

En effet. Mais ne désespérez quand même pas trop...
_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Revenir en haut
Pauline Bonaparte
Lady
Lady

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2010
Messages: 198

MessagePosté le: Mar 1 Fév - 09:42 (2011)    Sujet du message: Anecdotes Napoléoniennes Répondre en citant

Février 1791, Bonaparte décide de rentrer en France, rejoindre son régiment à Auxonne. Ses camarades le trouvèrent changé. Les jeunes femmes corses lui avaient laissé au cœur une amertume qui le rendait rêveur. Le soir, il écrivait des pensées désabusées sur l’amour : « je le crois nuisible à la société et au bonheur individuel des hommes. Enfin, je crois que l’amour fait plus de mal…et que ce serait un bienfait d’une divinité protectrice que de nous en défaire et d’en délivrer le monde ».

Pendant la même période, Bonaparte fut nommé lieutenant. Pour fêter cet évènement, il demande un congé de 12 mois et retourne à Ajaccio. A la fin de cette période, oubliant de rejoindre son armée, il est rayé des cadres de l’armée. Très ennuyé, il vole vers Paris, fit tant de discours qu’il fut réintégré. Fou de joie, il courut vers Marseille, s’embarqua pour la Corse et y resta 9 mois. Entre temps, la Convention déclarait la patrie en danger.


je ne sais plus où j'ai lu ceci...soit dans Castelot soit dans Guy Breton ! mais comme les membres sont tellement intelligents ici, ils sauront bien me rappeler l'ouvrage en question !


Revenir en haut
Drouet Cyril
chevalier
chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2010
Messages: 1 207

MessagePosté le: Mar 1 Fév - 22:49 (2011)    Sujet du message: Anecdotes Napoléoniennes Répondre en citant

Citation:
Pour fêter cet évènement, il demande un congé de 12 mois et retourne à Ajaccio.


Le congé de trois mois que Buonaparte obtint n'étaient pas pour lui permettre de fêter gaiment son nouveau grade, mais plus sérieusement d'intégrer les bataillons de volontaires et de prendre pied durablement au sein de la vie bouillonnante de la Corse ; son retour coïcidant d'ailleurs (mais les dates sont peu précises à ce sujet) avec les élections législatives.
_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Revenir en haut
Pauline Bonaparte
Lady
Lady

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2010
Messages: 198

MessagePosté le: Jeu 3 Fév - 13:29 (2011)    Sujet du message: Anecdotes Napoléoniennes Répondre en citant

l'objet d'autrefois...m' a fait penser à ceci

une petite histoire de patates :

Auguste Raffet, dans une de ses lithographies, rapporte une scène où l’on voit l’Empereur vêtu de sa redingote grise se mêlant aux soldats, la nuit autour d’un feu de bivouac.
Ici n’existe aucun protocole, aucun garde-à-vous. Certains soldats sont assis par terre à un mètre de Napoléon qui, à ce moment, redevient le « petit caporal ».
L’un des grenadiers, s’approchant, tendit à Napoléon une pomme de terre sortie du brasier en lui disant : « Mon Empereur, c’est la plus cuite ».
Des scènes comme celle-ci firent beaucoup pour glorifier les soldats de l’Empire en dépeignant un chef proche de ses hommes par sa simplicité.


pas sûre que ce soit vrai, mais c'est amusant !


Revenir en haut
Drouet Cyril
chevalier
chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2010
Messages: 1 207

MessagePosté le: Jeu 3 Fév - 14:31 (2011)    Sujet du message: Anecdotes Napoléoniennes Répondre en citant

http://www.napoleon.org/fr/img/zooms/object/462989_1.jpg
_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Revenir en haut
Pauline Bonaparte
Lady
Lady

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2010
Messages: 198

MessagePosté le: Jeu 3 Fév - 14:40 (2011)    Sujet du message: Anecdotes Napoléoniennes Répondre en citant

me répondre :
"oui, vous avez raison"

eut été agréable à lire !

merci quand même pour la représentation.


Revenir en haut
marbeuf
Grognard
Grognard

Hors ligne

Inscrit le: 29 Aoû 2010
Messages: 1 410
Localisation: France
Masculin 虎 Tigre

MessagePosté le: Jeu 3 Fév - 22:25 (2011)    Sujet du message: Anecdotes Napoléoniennes Répondre en citant

Au soir du combat d'Ebersberg , le 3 Mai 1809 , l 'Empereur s'installe pour la nuit dans une maison .
Un fantassin est chargé de monter la garde devant la porte .

Sans doute sorti avant l'installation du factionnaire , Napoléon revient vers la maison .
Le voyant approcher , le soldat lui crie : " On ne passe pas " . Puis comme il continue à avancer : " Si tu fais un pas , je te fous ma baïonnette dans le ventre ! "

Surviennent des officiers qui entrainent le soldat au corps de garde . Ses camarades lui apprennent que c'est à l'Empereur qu'il a refusé le passage et lui font croire qu'il va être fusillé pour cet acte .

Aussi , lorsqu'un officier vient le demander , le soldat s'enfuit - il . Plus malin , un de ses compagnons se présente à sa place et se voit accorder par l'Empereur en personne la Légion d'honneur pour avoir respecté la consigne .

Le protagoniste de cette anecdote authentique se nommait JEAN BAPTISTE COLUCHE ( oui , vous avez bien lu Wink )

Je ne sais pas si cette histoire s'est entièrement déroulé de la sorte mais le personnage a bel et bien existé !

http://archives.seine-et-marne.fr/jean-alexandre-coluche-1780-1867



Shocked
_________________
"Mon Dieu , qu'avons nous fait ? " : Bob Lewis copilote d ' Enola Gay .


Revenir en haut
Drouet Cyril
chevalier
chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2010
Messages: 1 207

MessagePosté le: Jeu 3 Fév - 22:28 (2011)    Sujet du message: Anecdotes Napoléoniennes Répondre en citant

Citation:
me répondre :"oui, vous avez raison"

eut été agréable à lire !



J'ignore si la scène est véridique (j'ai quand même un doute...), mais elle illustre bien les rapports souvent conviviaux que l'Empereur entretenait sur les bivouacs avec les Grognards.

_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Revenir en haut
Pauline Bonaparte
Lady
Lady

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2010
Messages: 198

MessagePosté le: Ven 4 Fév - 09:16 (2011)    Sujet du message: Anecdotes Napoléoniennes Répondre en citant

elle doit avoir un fort % de véracité...sinon, la peinture n'a pas lieu d'exister.

sleep

l'art de se retourner comme une crêpe...j'aurais parlé de chats, mais comme vous ne les supportez pas Mr. Green


Revenir en haut
Drouet Cyril
chevalier
chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2010
Messages: 1 207

MessagePosté le: Ven 4 Fév - 10:08 (2011)    Sujet du message: Anecdotes Napoléoniennes Répondre en citant

Citation:
elle doit avoir un fort % de véracité...sinon, la peinture n'a pas lieu d'exister.



Vous êtes sérieuse ?

Citation:
l'art de se retourner comme une crêpe...



C'est à dire ?
_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Revenir en haut
Pauline Bonaparte
Lady
Lady

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2010
Messages: 198

MessagePosté le: Ven 4 Fév - 11:07 (2011)    Sujet du message: Anecdotes Napoléoniennes Répondre en citant

Bonjour Cyril

Sérieuse : allez honnêtement, à moitié...mais il faut bien qu'une partie de la légende perdure...comme celle d'Henri IV

l'art de se retourner comme une crêpe : c'était un peu d'humour, au passage ! mais bon, j'ai compris, je ne tenterais plus trop  !


Revenir en haut
Pauline Bonaparte
Lady
Lady

Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2010
Messages: 198

MessagePosté le: Ven 4 Fév - 11:35 (2011)    Sujet du message: Anecdotes Napoléoniennes Répondre en citant

une nouvelle petite anecdote, mais là honnêtement, j'ai pris cela dans un de mes bouquins, je ne suis pas sûre que ce soit exact à 100 %, car la remarque est "un peu grosse et lourde"...
Cyril, vous me direz, n'est ce pas ? 


QUEL COUILLON !

Ainsi s’exprimait le jeune Bonaparte, il n’avait que 23 ans, lorsqu’il vit le roi Louis XVI apparaître au balcon des Tuileries coiffé d’un bonnet rouge révolutionnaire.
Trois ans jour pour jour après le serment du Jeu de Paume et un an après la fuite à Varennes, le peuple de Paris, rameuté par les Jacobins, envahit les Tuileries.
Deux mois plus tôt, le 20 avril 1792, la guerre déclarée à l’Autriche et à la Prusse avait mal commencé. L’armée, peu organisée, avait certes reçu le renfort de volontaires mais ceux-ci, malgré leur enthousiasme, demeuraient indisciplinés et peu efficaces.
Il n’en fallut pas davantage aux Parisiens pour accuser le roi de trahison et de connivence avec l’ennemi. Pendant des heures, la foule ivre de rancœurs, brandissant sabres et piques, défila devant le roi après avoir forcé les portes des Tuileries, en le conspuant et en proférant des menaces. Pensant pouvoir apaiser les forcenés, le roi, après avoir bu à la santé de la Nation, accepta de porter le bonnet rouge de la liberté, symbole chez les Romains des esclaves affranchis.
Devant ce spectacle, Bonaparte aurait traité Louis XVI de « couillon », selon son ami Bourrienne ; il ne savait pas encore qu’il s’installerait dans ce palais le 1er février 1800 en tant que Premier Consul.


Revenir en haut
Drouet Cyril
chevalier
chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2010
Messages: 1 207

MessagePosté le: Ven 4 Fév - 12:54 (2011)    Sujet du message: Anecdotes Napoléoniennes Répondre en citant

Citation:
mais il faut bien qu'une partie de la légende perdure...



Mouais... Aux contes, je préfère l'Histoire ; et surtout, le mélange des genres est à fuir.
_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Revenir en haut
Drouet Cyril
chevalier
chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2010
Messages: 1 207

MessagePosté le: Ven 4 Fév - 14:05 (2011)    Sujet du message: Anecdotes Napoléoniennes Répondre en citant

Citation:
la remarque est "un peu grosse et lourde"...



Insulte dont il usait fréquemment ; en italien dans le texte : "che coglione".
Pour l'anecdote, comme vous le dites, elle nous vient de Bourrienne :
"Pendant ce temps d'une vie un peu vagabonde, arriva le 20 juin, sombre prélude du 10 août ; nous nous étions donné rendez-vous pour nos courses journalières, chez un restaurateur, rue Saint-Honoré, prés le Palais-Royal. En sortant, nous vîmes arriver du côté des halles une troupe que Bonaparte croyait être de cinq à six mille hommes, déguenillés et burlesquement armés, vociférant, hurlant les plus grossières provocations , et se dirigeant à grands pas vers les Tuileries. C'était, certes, ce que la population des faubourgs avait de plus vil et de plus abject. Suivons cette canaille, me dit Bonaparte. Nous prîmes les devants, et nous allâmes nous promener sur la terrasse du bord de l'eau. C'est de là qu'il vit les scènes scandaleuses qui eurent lieu. Je peindrais difficilement' le sentiment de surprise et d'indignation qu'elles excitèrent en lui. Il ne revenait pas de tant de faiblesse et de longanimité. Mais lorsque le roi se montra à l'une des fenêtres qui donnent sur le jardin, avec le bonnet rouge que venait de placer sur sa tête un homme du peuple, l'indignation de Bonaparte ne put se contenir. Che coglione, s'écria-t-il assez haut, comment a-t-on pu laisser entrer cette canaille? Il fallait en balayer quatre ou cinq cents avec du canon, et le reste courrait encore."

Autre témoignage sur cette journée (Lavaux, Campagnes d'un avocat) :
"Nous déplorâmes ensemble l’outrage fait à la justice royale, lorsque nous fûmes interrompus par un jeune homme qui m’aurait inspiré de la défiance sans l'accueil qu'il reçut de M. P. Il avait le ton soldatesque, les yeux vifs, le teint bilieux, un langage commun, un nom étranger ; Il s'expliqua librement sur le désordre dont nous étions occupés et dit que s’il était roi, cela ne se passerait pas de même. Je fis peu d’attention à ce propos, mais les évènements postérieurs l’ont rappelé à mon souvenir, car l’interlocuteur était Bonaparte."


Toujours sur la journée du 20 juin, on peut aussi se référer (au moins là, on est sûr de la source...) à ce que nous en dit Bonaparte, deux jours après les faits, dans sa lettre à Joseph :

« Les jacobins sont des fous qui n’ont pas le sens commun. Avant-hier, sept à huit mille hommes, armés de piques, de haches, d’épées, de fusils, de broches, de bâtons pointus, se sont portés à l’Assemblée pour y faire une pétition. De là ils ont été chez le roi. Le jardin des Tuileries était fermé et 15 000 grades nationaux le gardaient. Ils ont jeté bas les portes, sont entrés dans le palais, ont braqué les canons contre l’appartement du roi, ont jeté à terre quatre portes, ont présenté au roi deux cocardes, une blanche et l’autre tricolore. Ils lui ont donné le choix. Choisis donc, lui ont-ils dit, de régner ici ou à Coblentz. Le roi s’est bien montré. Il a mis le bonnet rouge. La reine et le prince royal en ont fait autant. Ils ont donné à boire au roi. Ils sont restés quatre heures dans le palais. Cela a fourni ample matière aux déclarations aristocratiques des Feuillantins. Il n’en est pas moins vrai cependant que tout cela est inconstitutionnel et de très dangereux exemple. Il reste bien difficile de deviner ce que deviendra l’empire dans une circonstance aussi orageuse. »







_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:52 (2017)    Sujet du message: Anecdotes Napoléoniennes

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Passion Napoléon1 Index du Forum -> Chez Marie -> Le Journal du jour de Napoléon -> Rubrique Napoléon Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  >
Page 4 sur 8

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com