Passion Napoléon1 Index du Forum
 
 
 
Passion Napoléon1 Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Saint Just, l 'Archange de la Terreur

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Passion Napoléon1 Index du Forum -> La Vie de Napoléon Bonaparte -> La Révolution Française et Napoléon Bonaparte
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Léonor
Tiguidoo
Tiguidoo

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2010
Messages: 921
C.1èr et 2ième Empire: 1ièr

MessagePosté le: Ven 19 Nov - 08:09 (2010)    Sujet du message: Saint Just, l 'Archange de la Terreur Répondre en citant

Louis Antoine Léon (de) Saint-Just (1767-1794)

Révolutionnaire enflammé, ami du dictateur jacobin Maximilien Marie Isidore (de) Robespierre (1758-1794), notamment missionnaire réorganisateur des armées de l'Est et du Nord.
Né à Decize dans le Boubonnais, son père est capitaine de cavalerie et sa mère fille de notaire. Son père décède lorsqu'il a dix ans.
Il est élevé par sa mère et ses soeurs. Il fait ses études secondaires chez les Oratoriens, à Soissons. Il a, en 1786, une aventure malheureuse avec la fille d'un notaire, et s'enfuit à Paris avec l'argenterie de la famille.
Il est mis en pension, à Paris, dans une maison "de correction", de septembre 1786 à mars 1787. Il s'inscrit en droit à Reims tout en faisant un stage chez le procureur de Soissons, et aurait passé sa licence ès-lois le 15 avril 1788.
Sans emploi, vivant chez sa mère, il entre avec passion dans le mouvement révolutionnaire. Tout d'abord au niveau local en 1790, il est nommé, à 23 ans, colonel de la garde nationale du chef-lieu de canton de Blérancourt, puis en 1791 il se fait connaître à Paris en publiant "Esprit de la Révolution et de la Constitution de la France", ouvrage dans lequel il se prononce contre la peine de mort ...
Puis il apparaît en pleine lumière révolutionnaire le 13 novembre 1792 lorsque, à la tribune de la Convention nationale, il réclame l'exécution du roi comme ennemi public de la Nation. Sa, courte, carrière jacobine se développe alors : le 30 mai 1793 il est adjoint au Comité de salut public pour, officiellement, préparer la nouvelle constitution, et le 27 juillet 1794 il est guillotiné avec Robespierre.
Au Comité de salut public il est le théoricien du gouvernement révolutionnaire et de la terreur, accusateur des "factions", c'est-à-dire des hommes et groupes adversaires de Robespierre et des jacobins. Représentant en mission aux armées il a tout pouvoir sur l'armée du rhin et les cinq départements de l'est de la France.





http://www.denistouret.net/textes/Saint_Just.html


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 19 Nov - 08:09 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
scots greys
King
King

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2010
Messages: 537
Masculin
C.1èr et 2ième Empire: 2ième

MessagePosté le: Sam 20 Nov - 08:24 (2010)    Sujet du message: Saint Just, l 'Archange de la Terreur Répondre en citant

Bonjour chère Léonor et merci d'ouvrir une rubrique sur ce personnage. Permettez-moi de rajouter quelques infos :

Archange de la Terreur ou monstre sanguinaire? Théoricien politique lucide ou auteur ridicule de projets qui en restaient à Sparte quand on entrait dans l'ère industrielle? <<une lampe dans un tombeau>> disait Barrès. Figure pleine de contradictions dont la mystique de la guillotine nous répugne mais dont la mort en pleine jeunesse émeut. Fils de cultivateur qui fut fait chevalier de Saint-Louis en raison des services rendus dans l'armée, Saint-Just naît le 25 août 1767 à Decize. Il fait ses études chez les oratoriens de Soissons et son droit à Reims. Sa jeunesse sera orageuse : il aurait dérobé des objets précieux à sa mère; il écrit un poème érotique, L'Organt, plein de scènes de bestialité et de viols. Il séjourne à Paris au début de la Révolutions, puis rejoint Blérancourt en Picardie où sa famille s'est établie en 1777. Il y prend des positions avancées : lieutenant-colonel de la garde nationale en 1789, il participe à la fête de la Fédération et aurait escorté la voiture du Roi au retour de Varennes. Elu à la Législative, il doit renoncer faute d'avoir l'âge requis. Un an plus tard, le collège électoral de Soissons l'envoie à la Convention. Ses opinions tranchées font sensation dans une assemblée où la nuance n'est pourtant pas la règle. Avant le procés de Louis XVI, il s'exclame : <<On ne peut point régner innocemment. Tout roi est un rebelle et un usurpateur>>. Il joue un rôte important dans la lutte contre les Girondins, puis, après son entrée au Comité de salut public, contre Danton et les Indulgents. Il ne pardonnait pas les railleries de Desmoulins. Il fait l'apologie du gouvernement révolutionnaire : <<Il est impossible que les lois révolutionnaires soient exécutées si le gouvernement lui-même n'est constitué révolutionnairement>>. Il dénonce les pesanteurs bureaucratiques : <<Les lois sont révolutionnaires; ceux qui les exécutent ne le sont pas>>.
Le théoricien fut médiocre. Les institutions révolutionnaires sont encombrées de considérations vertueuses où l'on prône un régime végétarien pour les enfants, où <<celui qui ne croit pas à l'amitié ou qui n'a point d'ami doit être banni>>. Les filles ne pourront paraître en public sans leurs parents <<tant qu'elles seront adolescentes et vierges>>. Il va de soi que <<les époux qui n'ont point eu d'enfants pendant les sept premières années de leur union et qui n'en ont point adopté sont séparés par la loi>>. On pourrait multiplier les citations de Saint-Just qui évoquent Monsieur Prudhomme plus qu'un homme des lumières.
En revanche Saint-just fit preuve de plus de réalisme dans ses missions. Du 16 octobre 1793 au 4 janvier 1794, il est à l'armée du Rhin où il rétablit la discipline, nomme un nouveau commandant en chef et délivre Landau. A la fin du mois de janvier il est dans le Nord et revient à Paris le 9 février 1794. Il repartit à l'armée du Nord le 28 avril. Il fut rappellé par Robespierre. Etait-il en désaccord avec Robespierre? Il ne put lire le discours qu'il avait préparé lors de la séance du 9 thermidor et se laissa arrêter sans résistance. A l'Hôtel de Ville, il paraît frappé d'atonie. Lassitude? Dégoût devant les querelles internes de la Montagne? Il emporte son secret sur l'échafaud le 10 thermidor. Il avait écrit dans une sorte de testament : <<Je méprise la poussière qui me compose et qui vous parle; on pourra la persécuter et faire mourir cette poussière! mais je défie qu'on m'arrache cette vie indépendante que je me suis donnée dans les siècles et dans les cieux>>.

Source : "Histoire et dictionnaire de la Révolution Française, 1789-1799" de Tulard, Fayard et Fierro.

Et vive l'Histoire !
_________________
<<Je ne dis pas que les français ne pourront pas nous envahir, je dis seulement qu'ils ne pourront pas le faire par la mer>>.


Revenir en haut
Léonor
Tiguidoo
Tiguidoo

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2010
Messages: 921
C.1èr et 2ième Empire: 1ièr

MessagePosté le: Sam 20 Nov - 12:08 (2010)    Sujet du message: Saint Just, l 'Archange de la Terreur Répondre en citant

Bonjour et merci pour ce rappel sur ce personnage parfois  sujet à controverses.
Je me suis toujours posé la question si, dans la relation qu 'il entretenait avec Robespierre, il était le meneur,l 'éminence grise,, ou l 'exécutant des ordres de ce dernier?


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:21 (2017)    Sujet du message: Saint Just, l 'Archange de la Terreur

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Passion Napoléon1 Index du Forum -> La Vie de Napoléon Bonaparte -> La Révolution Française et Napoléon Bonaparte Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com