Passion Napoléon1 Index du Forum
 
 
 
Passion Napoléon1 Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

La Grande Armée

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Passion Napoléon1 Index du Forum -> l'histoire militaire -> Les grandes batailles napoleoniennes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marie
Queen
Queen

Hors ligne

Inscrit le: 25 Mar 2010
Messages: 2 498
Localisation: France

MessagePosté le: Sam 19 Juin - 21:04 (2010)    Sujet du message: La Grande Armée Répondre en citant

  
Formations de la Grande Armée.



Le 26 août, les soldats du camp de Boulogne assistent au baptême par l’Empereur de la « Grande Armée » qu’il commande en personne. Au passage du Rhin, cette force aura un effectif total de 187 681 hommes (1).

Cette armée est trop importante pour que l’articulation antérieure en divisions autonomes soit conservée. Napoléon a créé le « corps d’armée » dont il a déjà tenté l’essai de 1794 à 1800. Ce « corps d’armée » marque une étape importante dans sa doctrine de guerre. Il s’agit d’une masse de combattant comportant un millier d’officiers, 25 000 à 30 000 hommes, 5 500 chevaux, 7 000 voitures ; elle est capable, sous l’autorité d’un seul chef, de manœuvrer, de se battre ou de refuser le combat. Chaque corps d’armée comprend un état-major, deux ou trois divisions d’infanterie, une division de cavalerie légère composée de quatre régiments, des services et un parc de convois. L’artillerie appartient à la division et se compose d’un état-major, de quatre régiments d’infanterie à deux bataillons de 800 hommes, de 12 pièces lourdes et légères et d’une compagnie du génie.

La Grande Armée est formée d’un état-major général, de sept corps d’armée, d’une réserve comprenant la Garde Impériale et des éléments des trois armes, savoir :
1. Etat-major général



a. Maison de l’Empereur. Généraux attachés à sa personne (grand maréchal, grand écuyer, chambellans, etc…) Généraux Duroc, Caulaincourt, etc..Intendant général Daru.
Neuf aides de camp généraux : Junot, Lemarois, Caffarelli, Lauriston, Savary, Lebrun, Rapp, Mouton, Bertrand. Hommes de confiance, prêts à toutes les missions difficiles
Officiers d’ordonnance (porteurs d’ordres). Le cabinet, chargé du travail de bureau , enregistrement et transmissions des dictées de l’Empereur. Le général Clarke, Méneval, deux conseillers d’Etat : Bacler d’Albe, ingénieur-géographe, chef du cabinet topographie (2).
b. Le grand état-major général : Maréchal Berthier, ministre de la Guerre, major-général.
Maison militaire du major-général : 3 bureaux. Service topographique (3).

c. A la suite du grand quartier général : services de l’intendance, hôpitaux, vivres, fourrages, équipages militaires, habillements, postes, trésorerie. En tout, y compris la garde du grand quartier général : 400 officiers, 5 000 hommes et 500 chevaux.

2. Corps d’armée

L’Empereur Napoléon, commandant en chef.
Le maréchal prince Murat, lieutenant de l’Empereur.
Le maréchal Berthier, major général.

Vingt-quatre jours de marche sont prévus pour atteindre le Rhin par trois grands itinéraires :

1. La route de gauche : Ambleteuse, Ardres, Cassel, Lille, Ath, Mons, Namur, Arlon, Luxembourg, Sarrelouis, Sarreguemines, Haguenau.
2. La route du centre : Boulogne, Saint-Omer, Béthune, Douai, Cambrai, Avesnes, Mézières, Verdun, Metz, Saverne, Strasbourg.
3. La route de droite : Etaples, Arras, Saint-Quentin, Laon, Châlons, Bar, Toul, Nancy, Saint-Dié, Sélestat.

Les dragons, les grenadiers d’Oudinot, les cuirassiers de Nansouty quittent, le 26 août, respectivement Saint-Omer, Wimereux, Lille ; les deux premiers éléments pour se rendre à Strasbourg par la route n°2, les cuirassiers par la route n°3 vers Sélestat. Une brigade de cavalerie légère (général Milhaud) venant de Brest, est déjà en route vers Strasbourg.

Les premières divisions de chaque corps s’ébranlent le 28 : celle de Davout par l’itinéraire gauche, vers Haguenau ; celle de Soult par la route du centre, vers Strasbourg ; celle de Ney par l’itinéraire de droite, vers Sélestat.

Le 30, les deuxièmes divisions de chaque corps suivent les premières ; les troisièmes s’ébralent le 31.

Les divisions Gazan, Suchet, l’artillerie et les convois se mettent en marchent le 1er septembre, sur la route n°3, vers Sélestat.

Chaque division est accompagnée de son artillerie (parfois incomplète) et de ses convois. La solde a été réglée au départ. Les vivres ont fournis par l’administration. Chaque homme a reçu trois paires de chaussures ; une quatrième est prévue à l’arrivée sur le Rhin.

La division de cavalerie d’Hautpoul se réunira à Landau ; plusieurs de ses éléments sont déjà à pied d’œuvre.

Des officiers d’état-major, des « commissaires » sont partis le 25 août pour régler les mouvements, choisir les cantonnements et assurer le ravitaillement.
A Boulogne, la défense du littoral est confiée à la flottille, à quelques régiments, à une partie de l’artillerie et des équipages, et à la division italienne.
Le général Marmont par pour Mayence le 1er septembre, utilisant trois routes pour gagner du temps ; il doit être à pied d’œuvre le 15. Le maréchal Bernadotte réunira ses forces à Goettingen. Ces deux corps seront alors acheminés vers Wurzbourg.

Toutes les précautions sont prises pour que les mouvements de l’armée restent secrets. Audacieux dans ses conceptions, Napoléon est d’une prudence extrême dans l’exécution de ses plans.

Des éléments de la Garde à pied et à cheval, casernés à Courbevoie, Rueil et Paris, se rendront à Strasbourg par Provins, Chaumont, Langres, Belfort et Colmar. L’infanterie de la Garde voyagera en poste.

Les troupes du piémont et de Gênes devront être à Brescia le 1er septembre. La concentration de l’armée d’Italie, sous Masséna, devra être terminée le 18.
Murat, lieutenant de l’Empereur, prendra le commandement de l’armée à Strasbourg le 11 septembre.




(1) Non compris les effectifs repris à l’état-major général : 5 900 généraux, offciciers, soldats et employés civils. L’armée comptait en outre 12 297 hommes aux hôpitaux et 32 700 hommes détachés dans l’intérieur de la France ou aux dépôts, ce qui portait l’effectif total des forces destinées à la campagne de 1805 à 236 678 hommes.
(2) (3) Sur les ingénieurs-géographes et le cabinet topographique, voir le livre de R. Pécriaux : le corps impérial des ingénieurs-géographes..




Source : Au soleil d'Austerlitz. L'apogée de l'Empire.R. Michiels et R. Pecriaux
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 19 Juin - 21:04 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Maréchal Lannes
Tiguidoo
Tiguidoo

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juil 2010
Messages: 310
Localisation: Seine-et-Marne
Masculin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat

MessagePosté le: Sam 28 Aoû - 17:02 (2010)    Sujet du message: La Grande Armée Répondre en citant

En farfouillant sur le sous-forum "De la Révolution à l'Empire français" de passion-histoire.net, je suis tombé sur deux sites Internet sur la Grande Armée :
- http://www.napolun.com/mirror/web2.airmail.net/napoleon/NAPOLEON_FOREVER.ht… (en Anglais)
- http://grande-armee.e-monsite.com/accueil.html
_________________
"Un amiral doit savoir mourir sur son banc de quart." (Brueys à Aboukir)


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:23 (2016)    Sujet du message: La Grande Armée

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Passion Napoléon1 Index du Forum -> l'histoire militaire -> Les grandes batailles napoleoniennes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com