Passion Napoléon1 Index du Forum
 
 
 
Passion Napoléon1 Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Les prisonniers de guerre

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Passion Napoléon1 Index du Forum -> l'histoire militaire -> la Grande Armée, la Garde Impériale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
scots greys
King
King

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2010
Messages: 537
Masculin
C.1èr et 2ième Empire: 2ième

MessagePosté le: Jeu 30 Sep - 20:37 (2010)    Sujet du message: Les prisonniers de guerre Répondre en citant

La condition de prisonnier de guerre n'était réglée par aucune convention internationale. Toutefois, en France, la loi du 20 juin 1792 plaçait les prisonniers de guerre sous la sauvegarde de la nation. Un décret de la Convention du 25 mai 1793 proclama qu'aucun prisonnier de guerre ne pourrait être utilisé dans l'armée qui l'avait pris, du moins contre son gré; il décidait également qu'aucune rançon pécuniaire n'interviendrait; mais seulement des échanges d'hommes en rapport avec les grades. Pendant les guerres du Consulat et de l'Empire, la condition des prisonniers capturés par les armées françaises fut variable. On a reproché à Bonaparte le massacre des soldats turcs à Jaffa, mais il fit libéré et renvoyer chez eux (non sans arrière-pensée) les prisonniers saxons en 1806. D'après le décret du 4 avril 1811, tout prisonnier de guerre ayant rang d'officier pouvait jouir d'une semi-liberté, mais, s'il s'évadait après avoir donné sa parole d'honneur, il était traité en soldat sous le rapport des rations et enfermé dans une citadelle. Le décret du 17 frimaire an XIV stipulait que toute mutinerie de prisonniers de guerre aurait pour sanction la mort.
Le dépôt de Verdun accueillit de nombreux prisonniers et commerçants anglais surpris par la rupture de la pais d'Amiens, ainsi que Charlemont, Valenciennes, Sedan, Bitche, Longwy (à partir de 1809) et Sarrelibre. A Verdun les officiers menaient joyeuse vie; ils s'étaient engagés par écrit à ne pas s'évader. Il y avait un appel à 11 heures du matin et ils devaient être rentrés à 9 heures du soir. D'autres prisonniers s'ajoutèrent après Walcheren et au moment de la guerre d'Espagne. A la fin de l'Empire, le nombre de prisonniers britanniques s'élevait à 16 000 militaires et un millier de civils. Il y eut 70 000 autrichiens prisonniers à la fin de 1805 et autant de prussiens en 1806-07 et encore 20 000 autrichiens dirigés sur la France en 1809. Les prisonniers prussiens furent employés à des travaux d'utilité publique, surtout dans l'est (canaux de Bourgogne, de l'Ourcq, de Saint-Quentin, port de Rochefort, assèchement des marais du Rhône et de la Charente). Les prisonniers autrichiens de 1805 furent libérés en mars 1806 et les prussiens en décembre 1808. En ce qui concerne les espagnols, nombreux à Lyon et à Grenoble (ils étaient plus de 50 000 à la fin de l'Empire), les soldats furent formés en bataillon de travailleurs tandis que leurs compatriotes officiers jouissaient d'une semi-liberté.
Pour les prisonniers français à l'étranger les conditions furent souvent horribles : les pontons dans la guerre d'Espagne quand on avait eu la chance d'échapper aux atrocités des partisans, une situation pire lors de la retraite de Russie : Ulxhull raconte dans ses mémoires que les paysans russes achetaient des prisonniers français pour les torturer. 

Source : Jean Tulard
_________________
<<Je ne dis pas que les français ne pourront pas nous envahir, je dis seulement qu'ils ne pourront pas le faire par la mer>>.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 30 Sep - 20:37 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Drouet Cyril
chevalier
chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2010
Messages: 1 207

MessagePosté le: Jeu 30 Sep - 21:05 (2010)    Sujet du message: Les prisonniers de guerre Répondre en citant

A lire sur la question : "Les prisonniers de guerre du Premier Empire", de Léonce Bernard.
_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Revenir en haut
marbeuf
Grognard
Grognard

Hors ligne

Inscrit le: 29 Aoû 2010
Messages: 1 410
Localisation: France
Masculin 虎 Tigre

MessagePosté le: Jeu 30 Sep - 21:25 (2010)    Sujet du message: Les prisonniers de guerre Répondre en citant

Bonsoir à tous les deux .

Dans ces conditions , peut-on dire que la Convention de Sintra fut le seul épisode heureux pour les prisonniers français ?

Par avance merci .

Shocked


Revenir en haut
Drouet Cyril
chevalier
chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2010
Messages: 1 207

MessagePosté le: Jeu 30 Sep - 21:58 (2010)    Sujet du message: Les prisonniers de guerre Répondre en citant

On peut citer les capitulations du Caire et d'Alexandrie.
_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Revenir en haut
labellepoule
Grognard
Grognard

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2010
Messages: 2 917
Masculin

MessagePosté le: Jeu 30 Sep - 23:24 (2010)    Sujet du message: Les prisonniers de guerre Répondre en citant

Shocked Bonsoir, à ce sujet, existe-il, oui je suppose, un ou plusieurs ouvrages sur "les pontons de Cadix" ?
_________________
Siéyès:"Messieurs,vous avez un maitre!Cet homme sait tout,veut tout et peut tout!"


Revenir en haut
scots greys
King
King

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2010
Messages: 537
Masculin
C.1èr et 2ième Empire: 2ième

MessagePosté le: Ven 1 Oct - 05:46 (2010)    Sujet du message: Les prisonniers de guerre Répondre en citant

Bonjour à tous,

Il y a ce bouquin :

http://www.google.fr/imgres?imgurl=http://www.decitre.fr/gi/12/978284618591…

Et tous ces mémoires :

Les Souvenirs d’Espagne, de Jean-Baptiste Chevillard, ont été publiés dans la Revue de Paris en 1906, pages 449 à 475 et 766 à 775. Le dossier Chevillard conservé au S.H.A.T. contient une lettre de l’éditeur, M. Roger Cosson, alors attaché à l’ambassade de France à Berlin. Les souvenirs ayant été écrits à Weissemburg, on peut supposer qu’ils ont été découverts et sont peut-être encore conservés dans les archives allemandes.
La Relation de ma captivité en Espagne en 1808-1809 et 1810, de Louis Demanche, a été publiée dans le Carnet de la Sabretache en 1926, pages 101-112, 161-176 et 237-249. Une seconde édition est présentée par Georges Demanche à la fin du volume intitulé Trois soldats de Napoléon. Les trois Demanche (Paris, Spes, 1930, in-16, 180 p.) sous le titre de Relation de captivité sur les pontons espagnols.
Mes souvenirs sur Baylen, d’Henry de Montgardé, ont été publiés dans la revue Feuilles d’histoire en 1911, pages 531-542. Titeux en reprend certains éléments dans sa relation de la bataille de Baylen et indique que le manuscrit est conservé aux Archives nationales dans le dossier Dupont sous le titre original de Notes inédites du baron de Montgardé sur la campagne d’Andalousie.
De nombreux témoignages sur Baylen, ont été édités, nous en donnons ci-dessous un aperçu non exhaustif :
Baste (Pierre) : Les textes réunis par Beauchamp (op. cit.) sont souvent douteux comme le prouve la relation attribuée à Pierre Baste : Mémoires du capitaine de frégate Pierre Baste, rééditée dans les Mémoires sur la campagne d’Andalousie (Teissèdre, 1998). Titeux consacre une longue étude à montrer les incohérences de ce texte, et reprend l’hypothèse d’un démarquage du témoignage du commandant Vantal de Carrère, publié en 1823.
Caffarelli (Marie-Auguste, comte de, 1766-1849) : L’affaire de Baylen (1808) - Notes du général Auguste de Caffarelli. in le Carnet Historique et Littéraire, 1900, t. VI, pp. 522-535.
Delroeux (Martial-Joseph, 1785-1855) : Souvenirs inédits d’un caporal (publiés en annexe de Théo Fleischmann, L’épopée impériale racontée par la Grande Armée. Paris, Perrin, 1964, p p. 441-525).
Dufour (François-Bertrand, 1765-1832) : Extraits des mémoires inédits du général Dufour, in la Revue napoléonienne, 1908, pp. 3-15. Récit de la capitulation de Baylen accablant pour Dupont que Titeux s’est attaché à contester.
Eslon (colonel d’) : La capitulation de Baylen d’après le journal du colonel d’Eslon, reproduit par P. Metzger. Paris, Lavauzelle, 1909, in-8°, 44 p.
Flamen d’Assigny : Souvenirs d’un prisonnier de guerre. in le Carnet Historique et Littéraire, 1900, t. VI, pp. 354-364. Fortement inspiré par la lecture des teinturiers et mal informé par exemple sur le rôle de Baste.
Garneray (Louis) : Mes pontons. Souvenirs de neuf ans de captivité. Paris, Schill, 1851, 2 vol. in-8°. Nombreuses rééditions.
Girardin (Stanislas-Cécile comte de, 1762-1827) : À la cour du Roi Joseph. Paris, Savine, in-8°, 189 p. réédition de Mémoires, journal et souvenirs de S. de Girardin. Paris, Montardier, 1829, 2 vol. in-8°. Intéressant témoignage sur le coup de tonnerre de la capitulation à Madrid (p. 70-74), et le retour de Villoutreys à Madrid.
Godoy (Manuel) : Mémoires du Prince de la Paix. trad. Esménard. 4 vols., Paris, 1836.
Grivel (Jean) : Mémoires du vice-amiral baron Grivel. Plon, 1914, p. 150-224. Marin de la garde, Grivel commande à l’arrière-garde pendant la bataille de Baylen, emprisonné sur la Vieille-Castille, il s’en échappe le 22 février 1810.
Mémoires d’un officier français prisonnier en Espagne, par un officier de la garde royale. Paris, Boulland, 1823, in-8°, X-340 p. Texte de Vantal de Carrère, attribué à Méry dans sa seconde édition.
Molin (Jean-Baptiste-Louis, 1789- ?) : Souvenirs de Cabrera (1808-1810), in le Carnet de la Sabretache, 1935, pp. 218-232, 288-302, 408-422, 485-496.
Muralt (R. K. Amédée) : Les conséquences de la capitulation de Baylen (1808-1810), in la Revue rétrospective, 1890, pp. 337-357.
Quantin (Joseph) : Un tour en Espagne de 1807 à 1809 ou mémoires d’un soldat fait prisonnier à la bataille de Baylen avec quelques détails sur cette journée malheureuse. Paris, Brianchon, 1820, 2 vol. in-12.
Robatel (Louis, 1788-1877) : Mémoires de Louis Robatel, officier valaisan au service d’Espagne puis de la France. publiés par André Donnet. Martigny, Pillet, s.d., in-8°, 294 p.
Sallmard de Peyrins (Charles de, 1783-1858) : Combats et colères d’un dragon. Nice, Serre, 1983, in-8°, 390 p.
Savary (Anne-Jean-Marie-René, duc de Rovigo, 1774-1833) : Mémoires du duc de Rovigo. Édition nouvelle refondue et annotée par Désiré Lacroix. Paris, Garnier, 1900, 5 vol. in-18.
Savary reconnaît avoir envoyé M. de Fénelon, son aide de camp, avec une lettre pour Dupont lui exposant la situation des troupes françaises. Celui-ci fut capturé dans la Sierra-Morena et la lettre remise à Castanos pendant les négociations de la capitulation. Cependant cette fameuse lettre ne semble exister nulle part. (Savary, tome II, p. 407 à 430). Intéressants renseignement également sur les errements de Villoutreys.
Souvenirs d’un prisonnier de Baylen. in la Revue rétrospective, nouvelle série, tome XII, pp. 337-360.
Les Suites d’une capitulation. Relation des captifs de Baylen et de la glorieuse retraite du 116e régiment. Extraits choisis par Lorédan Larchey. Paris, 1884, in-8°, XXXII-232 p. Extraits des mémoires de Treille, Daubon, Ducor, Lardier, Wagré, Vantal… travail de teinturier.
Wagré (Louis-Joseph) : Les prisonniers de Cabrera. Souvenirs d’un caporal de grenadiers (1808-1809), publiés par le comte Fleury. Paris, Émile-Paul, 1902, in-18, VII-295 p. Autres éditions.
_________________
<<Je ne dis pas que les français ne pourront pas nous envahir, je dis seulement qu'ils ne pourront pas le faire par la mer>>.


Revenir en haut
Drouet Cyril
chevalier
chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2010
Messages: 1 207

MessagePosté le: Ven 1 Oct - 09:23 (2010)    Sujet du message: Les prisonniers de guerre Répondre en citant

Sur Cabrera, il ouvrage très intéressant : "Les soldats oubliés de Napoléon prisonniers sur l'île de Cabrera, 1809-1814", de Denis Smith.
_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Revenir en haut
scots greys
King
King

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2010
Messages: 537
Masculin
C.1èr et 2ième Empire: 2ième

MessagePosté le: Ven 1 Oct - 18:44 (2010)    Sujet du message: Prisonniers en Russie Répondre en citant

Le nombre de soldats et officiers de Napoléon restés en Russie après 1816 est considérable.

Quelques exemples : Jean Ariès de Liège : capturé en novembre 1812, il prêta serment pour une citoyenneté provisoire en 1813 et s'installa à Nijni-Novgorod. Ensuite, il se décida à rentrer, mais y renonça après les Cent-Jours. Ayant acquis la citoyenneté russe perpétuelle, il se fixa à Nijni-Novgorod.
Vincennes, Cambrais et Louis, trois anciens de la Grande Armée, se trouvaient à Iaroslavl depuis 1812. Le 27 janvier 1816, ils demandèrent la citoyenneté perpétuelle, devinrent paysans libres et obtinrent un lopin de terre chacun dans l'Altaï. Chacun d'eux reçut également un pécule de 350 roubles et fut exempt d'impôts pour une durée de cinq ans. En mai 1817, les trois français arrivèrent dans l'Altaï, reçurent leur lopin de terre, se firent orthodoxes, se marièrent et restèrent à tout jamais en Russie.
En 1837, la police secrète de Nicolas 1er recensa tous les anciens prisonniers de guerre fixés en Russie. La plus grande partie d'entre eux se trouvaient à Moscou et dans le gouvernement de cette ville : sur 350 000 adultes, on compta 3229 français, prisonniers eux-mêmes, plus leurs enfants nés en Russie...
...Le record de longévité fut battu par un ancien officier, chef du convoi d'or de Napoléon, Jean-Baptiste Savin. Fait prisonnier pendant la bataille de la Bérézina, il se trouva bientôt à Iaroslav. Comme il n'avait aucun métier, il gagna sa vie en donnant des leçons d'escrime...Il se maria avec une russe et partit pour Saratov où il enseigna l'escrime dans une école militaire...
...Une sombre journée de novembre 1894 vit presque toute la ville de Saratov sortir dans la rue pour assister à l'enterrement d'un petit vieux en civil, la rosette de la légion d'honneur en bonne place. Bientôt un monument, érigé grâce aux dons des habitants, vint orner sa tombe. L'inscription <<M.A. Savine, 1767,1894, dernier vétéran de la Grande Armée>> était encore lisible dans les années 20 de notre siècle.

Source : Vladène Sirotkine.
_________________
<<Je ne dis pas que les français ne pourront pas nous envahir, je dis seulement qu'ils ne pourront pas le faire par la mer>>.


Revenir en haut
labellepoule
Grognard
Grognard

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2010
Messages: 2 917
Masculin

MessagePosté le: Ven 1 Oct - 20:57 (2010)    Sujet du message: Les prisonniers de guerre Répondre en citant

Shocked Merci à vous de ces renseignements...
_________________
Siéyès:"Messieurs,vous avez un maitre!Cet homme sait tout,veut tout et peut tout!"


Revenir en haut
scots greys
King
King

Hors ligne

Inscrit le: 05 Sep 2010
Messages: 537
Masculin
C.1èr et 2ième Empire: 2ième

MessagePosté le: Sam 2 Oct - 12:02 (2010)    Sujet du message: Les prisonniers de guerre Répondre en citant

Quelques renseignements de plus sur Savin :

http://association-belge-napoleonienne.over-blog.com/article-36397581.html
_________________
<<Je ne dis pas que les français ne pourront pas nous envahir, je dis seulement qu'ils ne pourront pas le faire par la mer>>.


Revenir en haut
Maréchal Lannes
Tiguidoo
Tiguidoo

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juil 2010
Messages: 310
Localisation: Seine-et-Marne
Masculin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat

MessagePosté le: Sam 27 Nov - 19:55 (2010)    Sujet du message: Les prisonniers de guerre Répondre en citant

Une histoire des pontons anglais, ces vieux navires déclassés, transformés en prisons :
- http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5586451z.image.f6
- http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56522308

Tomes 1 et 2 par A. Lardier en 1845.
_________________
"Un amiral doit savoir mourir sur son banc de quart." (Brueys à Aboukir)


Revenir en haut
marbeuf
Grognard
Grognard

Hors ligne

Inscrit le: 29 Aoû 2010
Messages: 1 410
Localisation: France
Masculin 虎 Tigre

MessagePosté le: Sam 27 Nov - 21:18 (2010)    Sujet du message: Les prisonniers de guerre Répondre en citant

Bonsoir Maréchal Lannes ,

Heureux de vous savoir de nouveau parmi nous .

Shocked


Revenir en haut
Drouet Cyril
chevalier
chevalier

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2010
Messages: 1 207

MessagePosté le: Dim 28 Nov - 09:12 (2010)    Sujet du message: Les prisonniers de guerre Répondre en citant

Il y a des retours qui font plaisir !
_________________
" Grâce aux prisonniers. Bonchamps le veut. Bonchamps l'ordonne ! " (d'Autichamp)


Revenir en haut
Maréchal Lannes
Tiguidoo
Tiguidoo

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juil 2010
Messages: 310
Localisation: Seine-et-Marne
Masculin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat

MessagePosté le: Mar 30 Nov - 22:14 (2010)    Sujet du message: Les prisonniers de guerre Répondre en citant

Merci à vous deux, je suis simplement ici un historien amateur ; l'histoire est chez moi une affaire d'objectivité, c'est tout. Et de reconnaissance des aspects positifs de notre période napoléonienne, tout en me méfiant de l'hyper-impérialisme de l'époque...

Sur les prisonniers des victoires de la Grande Armée, il me semble avoir un numéro de la revue Napoléon Ier. Il faudra que je le sorte de ma bibliothèque.
_________________
"Un amiral doit savoir mourir sur son banc de quart." (Brueys à Aboukir)


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:23 (2016)    Sujet du message: Les prisonniers de guerre

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Passion Napoléon1 Index du Forum -> l'histoire militaire -> la Grande Armée, la Garde Impériale Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com