Passion Napoléon1 Index du Forum
 
 
 
Passion Napoléon1 Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Charles-Pierre-François, duc de Castiglione

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Passion Napoléon1 Index du Forum -> l'histoire militaire -> les maréchaux, les généraux
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marie
Queen
Queen

Hors ligne

Inscrit le: 25 Mar 2010
Messages: 2 498
Localisation: France

MessagePosté le: Sam 19 Juin - 09:52 (2010)    Sujet du message: Charles-Pierre-François, duc de Castiglione Répondre en citant

Charles-Pierre-François, duc de Castiglione (Paris, 21 octobre 1757 – La Houssaye-en-Brie, 12 juin 1816)
 
 
 
 
Sa taille, ses manières, ses paroles, lui donnaient l’air d’un bravache; ce qu’il était loin d’être quand une fois il se trouva gorgé d’honneurs et de richesses, lesquelles d’ailleurs il s’adjugeait de toutes mains et de toutes les manières. C’est ainsi que le prisonnier de Sainte-Hélène juge le maréchal qui a maté la poussée royaliste du 18-Fructidor, réprouvé le projet du 18-Brumaire, exposé sa vie sur les champs de batailles de l’Empereur, dénoncé Napoléon comme un tyran en 1814.  
 
Augereau, de condition très modeste, s’engage à 17 ans dans les armées prussiennes puis napolitaines. Il s’établit maître d’escrime à Naples. A la Révolution, il rentre en France. D’abord simple soldat dans la Garde nationale, il est, cinq ans plus tard, général de division dans l’armée d’Italie.  
 
En avril 1796, il prend le château de Ceva, son premier exploit sous le commandement du général Bonaparte. Sa bravoure s’illustre à Lodi le 10 mai 1796, lorsqu’il s’élance malgré la pluie de mitraille autrichienne. Le 3 août 1796, son intervention lors de la bataille de Castiglione renverse le sort de la bataille. A Arcole, le 15 novembre, il s’élance sur le pont à la tête de ses troupes. Bonaparte lui accorde son estime et sa confiance, malgré les rumeurs sur sa rapacité. Il le délègue à Paris pour mater la poussée royaliste, en septembre. C’est le coup d’Etat du 18-Fructidor. Augereau se révèle terriblement efficace, exécutant à la lettre tous les ordres du Directoire ; il est alors nommé commandant d’un corps de l’Armée du Rhin.   
 
Augereau, député de Haute-Garonne au conseil des Cinq-Cents, est de prime abord opposé au coup d’Etat du 18-Brumaire. Il est proche des Jacobins. Il refuse l’invitation au banquet donné en l’honneur de Bonaparte. Il se rallie néanmoins au Consulat le matin même du 18-Brumaire, embrassant Bonaparte et s’exclamant : «Comment! Tu as voulu faire quelque chose pour la patrie et tu n’as pas appelé Augereau !».  
 
Malgré ses critiques du Concordat, il figure sur la liste des maréchaux de 1804 et assiste au sacre de l’Empereur. De septembre 1805 à février 1807, il reçoit le commandement du VIIème corps de la Grande Armée. A la bataille de Iéna, le 14 octobre 1806, il bat les Saxons et écrase le corps de Rüchel venu au secours de l’armée prussienne.   
 
A Eylau (8 février 1807), malade, il se fait attacher sur son cheval au début de la bataille. Alors qu’il doit attaquer le centre russe, son corps d’armée se perd dans une tempête de neige. Les soldats français sont décimés par les canons ennemis. Blessé au bras, Augereau rentre en France. Le 19 mars 1808, il reçoit le titre de duc de Castiglione.   
 
Il sert ensuite en Espagne. Ses premières victoires à la tête de l’Armée de Catalogne sont bientôt suivies de défaites. L’Empereur renvoie Augereau dans ses terres mais le rappelle pour la campagne de Russie de 1812 où il lui confie un corps de réserve. Le maréchal est présent lors de la défaite française à Leipzig, du 16 au 19 octobre 1813. Sa défense acharnée lui regagne la faveur de Napoléon.   
 
En 1814, l’Empereur lui confie le corps d’armée posté à Lyon. Augereau, qui a ordre de couper les lignes de communications de l’armée de Bohème, transige et refuse le combat. Il est maintenant un notable. Le 16 avril 1814, il lance une proclamation où il enjoint à ses soldats d’adopter la cocarde blanche des Bourbons et dénonce Napoléon comme un tyran. L’Empereur biffe son nom de la liste des maréchaux lors des Cent-Jours et le qualifie de «traître à la France», quand Augereau vient lui proposer ses services.   
 
Louis XVIII revenu sur le trône l’écarte également. Augereau se retire dans ses propriétés, où il meurt peu après d’une maladie de poitrine, sans laisser d’enfants.  
 
Napoléon dira de lui à Sainte-Hélène : «Il était incapable de se conduire ; il n’avait point d’instruction, peu d’étendue dans l’esprit, peu d’éducation ; mais il maintenait l’ordre et la discipline parmi ses soldats, et en était aimé. Il divisait bien ses colonnes, plaçait bien ses réserves, se battait avec intrépidité ; mais tout cela ne durait qu’un jour : vainqueur ou vaincu, il était le plus souvent découragé le soir, soit que cela tint à la nature de son caractère, ou au peu de calcul et de pénétration de son esprit».  
 
Source: aigle.conquerant.free.fr  

_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 19 Juin - 09:52 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Passion Napoléon1 Index du Forum -> l'histoire militaire -> les maréchaux, les généraux Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com