Passion Napoléon1 Index du Forum
 
 
 
Passion Napoléon1 Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Chapeau De Napoléon

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Passion Napoléon1 Index du Forum -> l'histoire militaire -> l'Uniformologie, Armes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marie
Queen
Queen

Hors ligne

Inscrit le: 25 Mar 2010
Messages: 2 498
Localisation: France

MessagePosté le: Ven 18 Juin - 20:10 (2010)    Sujet du message: Chapeau De Napoléon Répondre en citant



Date : 1815 Technique : Feutre, soie Dimensions : H. 0,25 m; L. 0,42 m

Lieu de conservation :
Musée national du château de Malmaison

Commentaires:

"Te voilà, Légendaire !" lance à l'adresse du "petit chapeau" le prince de Metternich dans une scène célèbre de L'Aiglon de Rostand. Cette réplique ouvre un étonnant monologue dans lequel celui qui fut l'un des adversaires les plus dangereux de Napoléon exprime sa haine à la coiffe impériale devenue l'incarnation même de l'Empereur. 
Dans l'imaginaire collectif, Napoléon et son chapeau

Les huit époques de Napoléon



ne font qu'un. Jamais symbole n'a mieux représenté un personnage historique. Bonaparte l'adopte dès le Consulat au moment où il compose sa silhouette. Il opte pour deux uniformes militaires, ceux des grenadiers à pied et des chasseurs à cheval de la Garde, mais choisit de porter le chapeau d'une façon personnelle. Alors que la plupart des officiers le portent "en colonne", perpendiculairement aux épaules, Napoléon le porte "en bataille", c'est-à-dire les ailes parallèles aux épaules. Cette tenue simple et sobre tranche avec les uniformes chamarrés des grands officiers et leurs chapeaux emplumés. Elle lui assure d'être immédiatement reconnu par ses troupes sur les champs de bataille.

L'un des plus anciens chapeaux connus est celui porté par le Premier Consul à la bataille de Marengo et conservé aujourd'hui au musée de l'Armée. Jusqu'à la fin de l'Empire, les formes et les dimensions varient un peu certes, mais l'aspect général reste le même. Tout comme le chapelier, fournisseur attitré des chapeaux de l'Empereur, à propos duquel le Metternich de Rostand ironise d'un ton persifleur :  "Car c'est d'un chapelier que la légende part  / Le vrai Napoléon, en somme...c'est Poupard !". L'enseigne de Poupard, au « Temple du goût » se situait au Palais du Tribunat (Palais-Royal), "galerie côté de la rue de Loi n°32". Devenu Poupard et Cie en 1808 puis Poupard et Delaunay en 1811, le chapelier livrait chaque année quatre chapeaux dit "chapeau français", en castor noir, sans autre ornement qu'une cocarde tricolore glissée dans une ganse de soie avec bouton.
Napoléon disposait en permanence d'un ensemble complet de douze chapeaux. Quatre seulement furent emmenés à Sainte-Hélène dont celui présenté ici. A la mort de l'Empereur, un de ces chapeaux fut placé dans son cercueil.

Source: http://www.napoleon.org/fr/collectionneurs/objet/files/chapeau.asp
_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 18 Juin - 20:10 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Maréchal Lannes
Tiguidoo
Tiguidoo

Hors ligne

Inscrit le: 25 Juil 2010
Messages: 310
Localisation: Seine-et-Marne
Masculin Balance (23sep-22oct) 鼠 Rat

MessagePosté le: Dim 15 Aoû - 11:13 (2010)    Sujet du message: Chapeau De Napoléon Répondre en citant

Marie, vous avez commencé à citer la scène du tête-à-tête de Metternich avec l'un des chapeaux du duc de Reichstadt, en 1830, dans le salon des Laques du château de Schönbrünn, dans L'Aiglon d'Edmond Rostand. Voici la scène complète de ce tête-à-tête (acte III, scène 8) :

METTERNICH, allant vers la table et bas, d'un air préoccupé.
Oui... ce soir... lui parler... sans témoin importun...
Il pose le candélabre sur la table, et, en le posant, voit le petit chapeau.
Tiens ! je ne savais pas que le duc en eût un.
Souriant.
Ah ! c'est l'archiduchesse, encor, qui dut lui faire
Passer ce souvenir...
S'adressant au chapeau.
Te voilà, — Légendaire !
Il y avait longtemps que...
Avec un petit salut protecteur.
Bonjour !
Ironiquement, comme si le chapeau s'était permis de réclamer.
Tu dis ?... Hein ?...
Il lui fait signe qu'il est trop tard.
Non ! douze ans de splendeur me contemplent en vain
Du haut de ta petite et sombre pyramide :
Je n'ai plus peur.
Il touche du doigt, et riant avec impertinence :
Voici le bout de cuir solide
Par lequel on pouvait, sans trop te déformer,
T'enlever, tout le temps, pour se faire acclamer !
Toi, dont il s'éventait après chaque conquête,
Toi, qui ne pouvais pas, de cette main distraite,
Tomber sans qu'aussitôt un roi te ramassât,
Tu n'es plus aujourd'hui qu'un décrochez-moi ça,
Et si je te jetais, ce soir, par la croisée,
Où donc finirais-tu, vieux bicorne?

FLAMBEAU, dans l'ombre, à part.
Au musée.

METTERNICH, tournant le chapeau dans ses mains.
Le voilà, ce fameux petit !... Comme il est laid !
On l'appelle petit : d'abord, est-ce qu'il l'est?
Haussant les épaules et de plus en plus rancunier.
Non. Il est grand. Très grand. Énorme. C'est en somme
Celui, pour se grandir, que porte un petit homme !
Car c'est d'un chapelier que la légende part :
Le vrai Napoléon, en somme...
Retournant le chapeau et l'approchant de la lumière pour lire, au fond, le nom du chapelier :
C'est Poupart !
Et tout d'un coup, quittant ce ton de persiflage :
— Ah ! ne crois pas pour toi que ma haine s'endorme !
Je t'ai haï, d'abord, à cause de ta forme,
Chauve-souris des champs de bataille ! chapeau
Qui semblais fait avec deux ailes de corbeau !
A cause des façons implacables et nettes
Dont tu te découpais sur nos ciels de défaites
Demi-disque semblant sur le coteau vermeil
L'orbe à demi monté de quelque obscur soleil !
A cause de ta coiffe où le diable s'embusque,
Chapeau d'escamoteur qui, posé noir et brusque
Sur un trône, une armée, un peuple entier debout,
Te relevais, ayant escamoté le tout !
A cause de ta morgue insupportable; à cause
De ta simplicité qui n'était qu'une pose,
De ta joie, au milieu des diadèmes d'or,
A n'être insolemment qu'un morceau de castor;
A cause de la main rageuse et volontaire
Qui t'arrachait parfois pour te lancer à terre ;
De tous mes cauchemars que dix ans tu peuplas !
Des saluts que moi-même ai dû te faire, plats ;
Et, quand pour le flatter je cherchais l'épithète,
Des façons dont parfois tu restas sur sa tête !
Et tous ces souvenirs lui remontant, il continue, dans une explosion de haine clairvoyante :
Vainqueur, neuf, acclamé, puissant, je t'ai haï,
Et je te hais encor vaincu, vieux et trahi !
Je te hais pour cette ombre altière et péremptoire
Que tu feras toujours sur le mur de l'histoire !
Et je te hais pour ta cocarde arrondissant
Son gros œil jacobin tout injecté de sang ;
Pour toutes les rumeurs qui de ta conque sortent,
Grand coquillage noir que les vagues rapportent,
Et dans lequel l'oreille écoute, et s'approchant
Le bruit de mer que fait un grand peuple en marchant !
Pour cet orgueil français que tu rendis sans bornes,
Bicorne qui leur sert à nous faire les cornes !
Il a rejeté le chapeau sur la table, et penché maintenant sur lui :
Et je te hais pour Béranger et pour Raffet,
Pour les chansons qu'on chante et les dessins qu'on fait,
Et pour tous les rayons qu'on t'a cousus, dans l'île !
Je te hais ! je te hais ! et ne serai tranquille
Que lorsque ton triangle inélégant de drap,
Râpé de sa légende enfin, redeviendra
Ce qu'en France il n'aurait jamais dû cesser d'être
Un chapeau de gendarme ou de garde champêtre !
Je te...
Il s'arrête, saisi par le silence, l'heure, le lieu. Et avec un sourire un peu troublé.
Mais tout d'un coup... C'est drôle... Le présent
Imite le passé, parfois, en s'amusant...
Passant la main sur son front.
De te voir là, comme une chose familière,
Cela m'a reporté de vingt ans en arrière;
Car c'était là, toujours, qu'il te posait ainsi
Lorsqu'il y a vingt ans il habitait ici !
Il regarde autour de lui avec un frisson.
C'était dans ce salon qu'on faisait antichambre ;
C'était là qu'attendant qu'il sortît de sa chambre,
Princes, ducs, magyars, entassés dans un coin,
Fixaient sur toi des yeux humiliés, de loin,
Pareils à des lions respectant avec rage
Le chapeau du dompteur oublié dans la cage !
Il s'éloigne un peu, malgré lui, en fixant ce petit chapeau dont le mystère noir devient dramatique.
Il te posait ainsi !... C'était comme aujourd'hui...
Des armes... des papiers... On croirait que c'est lui
Qui vient de te jeter, en passant, sur la carte;
Qu'il est encore ici chez lui, ce Bonaparte !
Et qu'en me retournant, je vais, — sur le seuil, — là,
Revoir le grenadier montant la garde.
Il s'est retourné d'un mouvement naturel, et pousse un cri en voyant, debout devant la porte du Duc, Flambeau qui, d'un pas, est rentré dans le clair de lune.
Ha !
Un silence. Flambeau, immobile, monte la garde. Ses moustaches et ses buffleteries sont de neige. Les petits boutons à l'aigle étincellent sur sa poitrine. Metternich recule, se frotte les yeux.
Non. — Non. — Non. — C'est un peu de fièvre qui dessine !...
Mon tête-à-tête avec ce chapeau m'hallucine !...
_________________
"Un amiral doit savoir mourir sur son banc de quart." (Brueys à Aboukir)


Revenir en haut
Kévin
Grognard
Grognard

Hors ligne

Inscrit le: 08 Juil 2010
Messages: 62
Localisation: Alsace
Masculin Cancer (21juin-23juil) 鷄 Coq

MessagePosté le: Lun 16 Aoû - 22:14 (2010)    Sujet du message: Chapeau De Napoléon Répondre en citant

Bonsoir voici celui que portait l'Empereur à Waterloo :

http://vivelempereur67.skyrock.com/6.html
_________________
"Il n'est au pouvoir de personne d'arrêter ma marche, ce serait vouloir arrêter le destin."(NAPOLEON)
"Tout pour le peuple français."(NAPOLEON)
Membre du Souvenir Napoléonien.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:01 (2017)    Sujet du message: Chapeau De Napoléon

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Passion Napoléon1 Index du Forum -> l'histoire militaire -> l'Uniformologie, Armes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com